Fermer

Nous contacter
Connexion

Comment créer et structurer un collectif freelance ?

par

Joséphine Depoitte

Comment créer et structurer un collectif freelance ?

Selon le dernier rapport de l’Insee, en 2021 le nombre d’auto-entrepreneurs a bondi de 37% ! Une ascension expliquée en partie par les livreurs, mais aussi par une hausse des freelances et de la diversification de leur métier.

 

Avec la crise sanitaire de nombreux indépendants sont en télétravail partiel ou total et peuvent souffrir d’isolement.

 

Être indépendant ne signifie pas être seul. Pour tous les freelances qui souhaitent travailler en équipe, développer des projets communs avec entraide et solidarité, le collectif est un moyen d’y parvenir.

 

Avant toute chose, qu’est-ce qu’un collectif freelance ? Un collectif de freelances est un regroupement de travailleurs indépendants ayant pour volonté de travailler ensemble sur une (ou plusieurs) mission(s) commune(s). Source Collective Work.

A qui ça s’adresse ?

 

Les collectifs sont recommandés pour les freelances en full remote, car ils sont ceux qui pourraient en avoir le plus besoin. Aujourd’hui, de nombreux indépendants sont intégrés aux équipes internes chez leur client, et continuent d’avoir une vie sociale professionnelle et d’entretenir leur réseau.

 

Le collectif freelance est aussi une bonne idée pour ceux qui ont des métiers « complémentaires » que l’on peut retrouver en agence, comme les chefs de projet packaging et les graphistes. C’est aussi le cas pour les développeurs qui sont souvent plusieurs à travailler sur un même projet, alors pourquoi ne pas faire les suivants ensemble ?

 

Néanmoins, un collectif freelance n’est pas recommandé pour les juniors, contrairement à ce que l’on pourrait imaginer. Et oui si vous devenez indépendant c’est pour faire vos propres choix de missions et de clients… Débuter par vous-même avant de rejoindre un collectif nous semble important. Sinon pourquoi devenir indépendant ?

 

Pourquoi rejoindre ou créer son collectif freelance ?

 

Dans un premier temps, pour ceux qui souffrent d’isolement c’est un très bon moyen de le rompre ! Ensuite, le collectif vous permettra de faire valoir votre expertise, au service d’un projet d’envergure qui nécessite l’intervention de plusieurs freelances. Vous pourrez également élargir votre portefeuille client, et proposer une mission à un membre de votre collectif, si vous en avez déjà une. Et bien sûr, faire parti d’un collectif comme Happy Dev permet de renforcer son personnal branding, d’être soutenu et entraidé au quotidien.

 

Si vous souhaitez créer ou rejoindre un collectif freelance, prenez le temps de rencontrer tous les membres ou de bien les choisir. Dans les bons comme dans les mauvais moments, il faudra les gérer ensemble.

 

  • Vérifier votre compatibilité personnelle : la façon de gérer vos projets professionnels, la vision de votre activité, tout ce qui est lié aux valeurs et au savoir-être.

  • Vérifier la complémentarité de vos compétences. Pourrez-vous travailler ensemble sur un même projet, élargir votre cercle de clientèle ? Vos savoir-faire doivent pouvoir s’accorder un minimum.  

  • S’accorder sur l’aspect financier. Quel est le statut juridique que vous allez choisir ? Qui facture comment et combien ? Un point essentiel à vérifier avant de se lancer.



Gérer votre relation client

 

Une fois le collectif créé et lancé, prévenez vos clients ! La première raison est que bien souvent, vous devrez signer une clause de confidentialité. De plus, si la mission se déroule bien, le client pourrait vous rappeler pour des projets plus chalengeant. A terme, vous pourriez même devoir intégrer de nouveaux membres au sein de votre collectif.

 

Quelle forme juridique choisir ?

 

A sa création, vous pouvez faire le choix de plusieurs statuts comme la SAS ou la SARL. Vous serez juridiquement liés et ferez parti d’une même entité. Néanmoins, pour commencer, le GIE (groupement d’intérêt économique) permet de créer un collectif sans devenir des co-gérants. En choisissant le groupement d’intérêt économique, vous ne créez pas véritablement d'entreprise, mais vous développez plusieurs entreprises existantes. En ce sens, chaque membre du collectif garde son propre KBIS.

 

Si vous êtes accompagné, le GIE permet de le rester. Si un client est à la recherche de 3 développeurs différents pour un même projet, comme chaque membre garde son KBIS. Il est donc possible pour vous d'être accompagné par des experts du freelancing comme Izyfreelance.

 

N’hésitez pas à nous faire part de votre projet professionnel sur notre plateforme dédiée.

Dans tous les cas, ne pensez pas que les collectifs vont rester l’exception encore longtemps. Aujourd’hui, on estime que 20% des indépendants travaillent en collectif.

Joséphine Depoitte

par Joséphine Depoitte